Quadrasolo 2016 : étape Marseille > Martigues annulée en raison du fort mistral.

Quadrasolo 2016 : étape Marseille-Martigues annulée en raison du fort mistral.

Posté dans : A-N Non classée

C’est ce qu’il préssentait et c’est arrivé… Jean-Michel HURY, débonnaire président du comité de course, sept Quadrasolo au compteur, sait comment parler aux régatiers. Déja au briefing du premier jour il les avait prévenus : « il y a un coup de mistral annoncé qui risque de compromettre l’étape Marseille > Martigues, mais je ne prend pas la décision maintenant, parce que sinon vous allez me dire que c’est hâtif comme jugement. »

En effet, dimanche matin, alors que la journée de la veille était très calme côté météo, avec un vent inversement proportionnel à l’intensité des combats sur l’eau, les « ventilateurs s’étaient mis en route ». 20 noeuds, 25, puis 30, et des rafales à 35 noeuds : le Mistral a ceci de sympathique à Marseille qu’il fait chuter la température de 5 degrés et lève de la houle parfois jusque dans l’avant-port… Et ces jours là, on joue plus à surfer entre les feux d’entrée de port qu’à remonter la piste noire en sens inverse. Mais tout le monde ne le sait pas, et on est pendu à la décision du comité. Ce dernier, tout aussi combattif que les concurrents, décide d’emblée de ne pas lancer la remontée sur Martigues, face au vent, mais d’aller sur l’eau avec les bouées et toute la flotte pour tenter une petite manche en Rade sud. « Histoire de mettre tout le monde d’accord », sourit Jean-Michel.

Une heure plus tard, trempés de la tête aux pieds, déplorant déjà quelques casse matérielle, la totalité des participants se rallie à l’unanimité derrière la décision du comité diffusé sur le canal VHF : « avis à tous les concurrents de la Quadrasolo 2016, on annule et on rentre ».

Sage décision selon un régatier en solitaire : «  On croit toujours que c’est navigable et qu’on peut y aller. Quand le comité annule et qu’on est à terre, évidemment ça fait râler. Mais une fois en situation, on se rappelle qu’il s’agit d’une course, c’est-à-dire qu’on sollicite notre bateau  et notre corps au maximum. Cela n’aurait rien apporté de positif d’aller prendre le risque de les abimer. »

La course repartira lundi avec comme menu l’étape de nuit à destination de la Seyne sur mer, où elle compte arriver dans la matinée de mardi.

Lire l’avenant de course ici.

PARTAGER