SNIM50e : Du très lourd en IRC !

SNIM50e : Du très lourd en IRC !

Tout le monde le sait, la SNIM possède une place à part dans le cursus de tous les coureurs. La régate printanière qui lance la saison méditerranéenne, est célèbre pour ses conditions de navigation, et tous ceux qui ont déjà couru une manche de brise par mistral et grand ciel bleu en rade de Marseille, s’en souviennent toute leur vie de coureur.
Pour mémoire, l’an dernier, les IRC 1, 2 et 3 avaient fini l’édition avec 9 manches (Grande Course comprise) validées au compteur (un record à battre), avec toutes les couleurs du temps et toutes les forces de vent ! Cette année encore, une part belle sera faite aux IRC en rade nord et sud qui donneront du virement à retordre à une flotte composée des bateaux les plus affutés du circuit méditerranéen.
À tout seigneur tout honneur, Team Vision Future, le GP 42 de Jean-Jacques Chaubard, skippé par Mickaël Mergui, champion de France en titre en IRC et vainqueur en IRC1 sur l’édition 2014 de la SNIM, fera office de grand favori et de bateau à battre pour l’ensemble des outsiders de l’IRC1.
On retrouvera également le Glen Ellen V de Dominique Tian, dauphin du bateau toulonnais au niveau national, Alizee et Magic Twelve les héros toujours surmotivés de la Nautique, à domicile, devant leur public. Attendues aussi, les somptueuses unités comme les Grand Soleil 54, BC 52, Ker 53, Swan 42 ou Soto 40 qui animeront la rade nord. L’IRC 4 représentera, une fois n’est pas coutume, le plus gros contingent de compétiteurs engagés sur la SNIM ! Des bateaux 100% amateurs, 100% passionnés qui se retrouveront pour battre le fer en rade sud.
Attendues aussi, les somptueuses unités comme les GP42, Swan 601 ou Soto 40 qui animeront la rade nord.

Un mois jour pour jour après la perte de leur voilier le VOR 70 SFS (ex Abu Dhabi lancé en 2011), entièrement détruit dans un incendie alors qu’il était en chantier, les dirigeants de SFS (Securities & Financial Solutions) et le skipper Lionel Péan ont annoncé l’acquisition d’un autre VOR 70, l’ex Puma skippé par l’Américain Ken Read lors de la Volvo Ocean Race 2012 et sistership de Groupama, bateau vainqueur de cette même édition. Ainsi qu’il l’avait immédiatement annoncé dès la découverte de la destruction du voilier SFS, Patrice Gilles, président fondateur de SFS, maintient le cap de l’engagement du Groupe dans la voile avec Lionel Péan. “Face à ce coup dur, nous avons immédiatement demandé à Lionel d’envisager toutes les solutions de remplacement du bateau détruit, explique-t-il. “On préserve avec ce bateau, tout le travail et le vécu accumulés en 2014, reprend de son côté, le skipper tropézien, lorsque nous étions partis d’une page blanche sur le VOR 70 SFS. Et nous sommes très contents de pouvoir participer à l’anniversaire de la SNIM, au début du mois d’avril… »

PARTAGER