16è Édition des Voiles du Vieux-Port, 18-20 juin : l’âge d’or du Yachting envoute la rade de Marseille durant trois jours !

Posté dans : Actus-News

La passion de naviguer sur des unités d’exception, le bonheur de se retrouver dans  »la plus belle rade du monde », le plaisir des yeux et la joie de partager ces gréements traditionnels avec le public au cœur d’un Vieux-Port riche de plus de 2 600 ans d’histoire : tels sont les ingrédients de la réussite des Voiles du Vieux-Port. A l’invitation de la Société Nautique de Marseille, la 16è édition s’ouvrira vendredi 18 juin. Malgré les difficultés liées à la situation sanitaire, une flotte prestigieuse de plus de 25 bateaux, parfois centenaires, tous exceptionnels par leurs histoires et leurs parcours, vont faire le spectacle sur le futur plan d’eau des Jeux Olympique dans la rade de Marseille.

La Coupe de Printemps du Yacht Club de France en ouverture
Après une année de disette et de frustration, le circuit de la voile classique s’est remis en route. Pour permettre aux concurrents des premières régates de la saison de rejoindre les pontons de la Société Nautique de Marseille, une nouvelle course a été mise en place.  « La coupe de Printemps du Yacht Club de France est une course de ralliement pour les bateaux classique. Nous avons mis à l’honneur trois clubs puisque nous sommes partis de Porquerolles jusqu’à Marseille via Sanary, nouveau Club Allié » explique Sébastien David, vice-président du YCF « l’épreuve a été inaugurée en 2018, mais c’est seulement la deuxième édition car il n’a pas eu de régate ni en 2019, ni en 2020. N’ayant pas de plan d’eau attitré, le Yacht Club de France est très heureux de mettre à profit les courses de liaisons. Historiquement, il y a la Coupe d’Automne du YCF qui relie Cannes à Saint-Tropez, et on a souhaité dupliquer le même concept en début de saison pour aider les équipages à rallier deux épreuves dans des conditions de compétition stimulantes et intéressantes. ». Éole a répondu favorablement à l’invitation du Yacht Club de France, puisque l’étape de mercredi s’est achevée avec un vent de sud-est fraichissant jusqu’à plus de 25 nœuds, poussant avec vigueur la flotte de voiliers des trois catégories : Epoque Aurique et époque Marconi, les plus anciens, et leurs alter ego plus récents de la classe Classique Marconi.

Des bateaux d’exception, des histoires de passion
A travers les histoires des concurrents de cette 16è édition se lit en filigrane la passion des hommes et des femmes qui ont voulu toucher du doigt leur rêve de faire naviguer, ou renaviguer un voilier de tradition.  Indiscutablement parmi les vedettes des bateaux classiques de l’édition 2021, figure en bonne place le P Class Olympian. Il fait partie de la « Jauge Universelle » lancée par Nathanael Herreshoff – le sorcier de Bristol – en 1903 qui se définie en lettres, et comprend notamment les célèbres J Class qui ont été les bateaux support de l’America’s Cup. Après avoir commencé sa carrière en 1913 sur la côte est des États-Unis et connu l’abandon, il a été repéré et restauré grâce à l’intervention du Français Bruno Troublé et déroule maintenant une deuxième existence. Son skipper, Guillaume Fetas, 38 ans, est charpentier de marine : c’est lui qui s’occupe à l’année de l’entretien du bateau et qui est responsable de sa mise en condition pour les régates.

PalynodieII n’est pas un sloop marconi dessiné par Olin Stephens lui-même en 1962. C’est une légende. Celle des yachts de course de Gaston Defferre, à la hauteur immense de l’homme passionné de yachting qui fut maire de Marseille de 1953 à sa mort, en 1986. « Les courses ont changé » expliquait-il  « autrefois, elles pouvaient être gagnées par des amateurs, et maintenant, ce sont presque tous des professionnels. Je les admire, et quelque fois, je les envie un peu ». Grâce à son nouveau propriétaire, Henri Ferbus, vice-président de la Société Nautique de Sanary, le class 2 du RORC à la coque en bois et au gréement en alu d’origine construit dans l’anse du Pharo a retrouvé ses rivages de naissance le temps des Voiles du Vieux-Port.

Avec Rainbow III, on entre dans la légende des Fife. Connus pour être les meilleurs architectes de l’âge d’or du yachting, cette dynastie comprend trois générations, tous porteurs du même nom : William Fife. Outre ce pedigree, qui le place dans une brillante généalogie, le bateau a été conçu pour répondre à la  » Jauge Métrique » des 8mJI. C’est Jean-Pierre Coulet, son propriétaire depuis 13 ans, également responsable du Pôle Voile de Tradition de la Société Nautique de Marseille, qui a permis à ce cotre bermudien lancé en 1927de retrouver son gréement d’origine et de renouer avec la régate. « Le pôle est une véritable vitrine au sein du Vieux-Port – on nous appelle le Mucem de la Mer » détaille-t-il « Notre rôle, au sein de la Délégation de Service Public qui nous est confié par la Métropole Aix-Marseille-Provence, est de mettre en valeur des bateaux élégants, bien entretenus et qui participent à des courses ». Défi réussi pour le fringuant monocoque de 14m50 qui a remporté sa classe dans la course de liaison.

Programme :

Vendredi 18 juin :
9h30 Briefing
11h Mise à disposition en mer

Samedi 19 juin :
9h30 Briefing
11h00 Mise à disposition en mer

Dimanche 20 juin :
9h30 Briefing
11h00 Mise à disposition en mer
18h00 Remise des Prix

Société Nautique de Marseille
Henri Escojido, président
Pierre Sathal, vice-président, en charge des régates
Jean-Pierre Coulet, pôle de tradition
Chantal Benigni, responsable organisation régate
Florence Baudribos, président du Comité de Course
Jean-André Cherbonel, président du Jury
Site internet : www.lanautique.com

Les Partenaires de la Société Nautique de Marseille
REGION SUD
METROPOLE AIX MARSEILLE PROVENCE
VILLE DE MARSEILLE
CONSEIL DEPARTEMENTAL DES BOUCHES-DU-RHONE
CIM
AFYT
FFVOILE
YACHT CLUB DE FRANCE
UNCL
BANQUE POPULAIRE MEDITERRANEE
MARSAIL
BMS SAILS
USHIP
LES TOILES DU LARGE

Photo :
Pierik Jeannoutot

Relations presse :
Maguelonne Turcat

Pour les journalistes, équipes de TV et photographes : possibilité d’embarquement (sur réservation)

PARTAGER