Navigation thérapeutique pour des équipiers du Centre Hospitalier de Digne, stagiaires de l’école de voile de La Nautique

Posté dans : A-N école de voile

Du 14 au 20 septembre 2019, la 27e édition de « Voile en Tête » a rassemblé près de 160 équipiers qui ont navigué entre Granville, Jersey et Chausey… une quinzaine d’équipages au total, composés de patients atteints de handicap psychique, venus de foyers de vie, d’établissements médico-sociaux ou d’hôpitaux psychiatriques, de toutes les régions françaises mais aussi de Suisse et de Belgique, ont pu participer à cette aventure sportive et humaine, aux côtés de soignants et skippers professionnels.

« La voile, la mer et la vie à bord en collectivité constituent des outils de médiation thérapeutique, permettant à chacun d’être acteur de ses soins. Cette activité est particulièrement adaptée dans la resocialisation de personnes souffrant de troubles psychiques, elle favorise l’autonomie et la prise de responsabilité, etc. », précise Caroline Agostini, médecin psychiatre, responsable du service Sport santé à l’EPSM de Caen et présidente de Sport en Tête ».

Un équipage fidèle de l’école de voile de La Nautique, le centre hospitalier de Digne-les-bains, témoigne de cette belle aventure via son journal de bord :

« Les sorties effectuées avec l’école de voile La Nautique nous ont bien aidés à appréhender la manche et de belles traversées sur un gibsea 126.

Partis vendredi 13 Septembre 2019 en train, la traversée de Paris fut épique, eh oui ! La RATP était en grève et un colis piégé en gare de Marne la Vallée perturba notre trajectoire initiale, enfin vers 21h nous découvrions le port de Granville sous un ciel étoilé, Mangrove notre voilier de 13 m nous attendait sur le ponton G.

Le samedi, après une première nuit bercée par les flots du port et de la marée, nous partîmes à la découverte de Granville, au programme : marché, sémaphore, remparts, bord de mer, retrouvailles avec les autres équipages.

La logistique des courses fut bien gérée, aidée par la brouette du port, un seul HIC la basse mer que nous n’avions pas anticipée : la descente du ponton était des plus raides !… enfin, pas de casse, pas d’évasion de pommes de terre de son filet ni de boite de thon retournant dans son milieu marin.

Nous clôturons la journée par un fabuleux coucher de soleil sur l’océan et oui : moment rare et précieux pour les alpins du sud que nous sommes…

Le Dimanche, nous faisons plus amples connaissances avec Franck, skipper et propriétaire de notre bateau, un personnage haut en couleurs, navigateur, pêcheur et normand jusqu’au bout des doigts et quels doigts, l’ensemble de l’équipage était impressionné par la grandeur de ses mains ! Il connait le coin comme sa poche, vit au rythme des marées depuis sa plus tendre enfance et nous raconte avec passion son rapport avec la mer… nous apprenons une multitude de choses, la plus impressionnante : le marnage (soit la différence de hauteur entre basse mer et pleine mer) dans les environs de Granville est à certain endroit de 14 mètres.

Nous prenons en main le voilier, Franck nous guide et nous aide à prendre des repères sur le bateau, il faut s’amariner… La première navigation se fait sereinement vers les îles de Chausey (archipel de 365 îlots à marée basse et 52 à marée haute)… nous avons le souffle coupé face à tant de beauté, la météo est des nôtres, zéro crachin normand en vue, ciel bleu sable blanc et eau turquoise nous ébahissent.

Le lundi, nous quittons le port vers 10 h pour une navigation de 30 miles nautiques (1 mile = 1,852 km). 16 voiliers sur l’eau toutes voiles dehors c’est beau, nous sommes au cœur de ce voyage nautique, les sourires sont présents sur tous les visages, la mer est docile, pas de mal de mer au compteur… on se relaie aux différents postes : barre à roue, écoutes, piano, winchs… Le repas est pris en pleine mer loin des côtes. Nous tentons de pêcher en trainant une ligne, mais nous restons bredouille.

L’arrivée à Jersey se fera en compagnie du Fog british, le ciel bleu étant resté en Normandie.

Bien amarrés au port, nous faisons nos premiers pas sur Jersey, il faut parler anglais, payer en livres sterlings, regarder à l’inverse de nos habitudes en traversant la route. Les consignes de notre capitaine sont claires : ici la police ne rigole pas, des caméras de surveillance sont nombreuses, les amendes salées…

Le mardi, Mangrove notre voilier affronte une mer un peu plus moutonneuse pour faire du cabotage sur le sud de l’île ; nous faisons une petite régate plaisir et rentrons au port. L’après midi, nous allons nous baigner et profitons de Saint-Hélier la capitale.

Mercredi : pas de navigation au programme, la journée est off sur l’eau mais sur Jersey nous prenons le bus pour explorer cette île de 118,2 km2 (103 000 habitants). Nous goûtons au fameux homard dans un endroit atypique (blocos transformé en restaurant).

Jeudi : retour sur Granville avec une navigation musclée, nous nous sommes accrochés à la ligne de vie, un équipier a le mal de mer… conseil anglais pour éviter le mal de mer : « s’allonger au pied d’un pommier » ! L’entrée au port de Granville ne pouvant se faire qu’à partir de 20h (marée oblige), nous faisons une escale agréable à Chausey, avec en toile de fond le Mont Saint-Michel. Nous en profitons pour ranger et nettoyer le bateau car demain nous rentrons à la maison…

Que le temps passe vite quand les moments vécus sont magiques, ce séjour thérapeutique a été apprécié au plus haut point tant par les rencontres humaines que par les découvertes terrestres et maritimes.

Un grand merci à seigneur météo pour sa clémence (la semaine qui a suivi notre séjour, les dépressions se sont enchaînées…), au Capitaine Franck pour son expertise, sa pédagogie, sa patience et son savoir faire, à l école de voile de La Nautique de Marseille et son moniteur Loic pour sa pédagogie nautique et sa bienveillance, à ACEF notre précieux partenaire nous aidant à réaliser ces belles aventures »…

Olivier Delclef, infirmier, pour l’équipage du voilier Mangrove

PARTAGER