Les régates

SNIM 2014

18 au 21 avril 2014

SNIM 2014 – jour 3

Sélection naturelle : pas qu’aux tisons…

Quatre jours de régates, et quatre configurations météo différentes. Pas d’erreur, une nouvelle fois, les vainqueurs de la 49e SNIM qui seront célébrés lundi soir devront avoir été parfaitement polyvalents sur le plan d’eau de la rade de Marseille, fidèle à sa réputation. Après la jolie brise et le Mistral d’Ouest, le vent a tourné Est en ce dimanche matin de Pâques, cédant place à un pastel de gris et une fine pluie en début de journée. Un vent léger, compliqué par les reliefs de la rade, voici le problème du jour qu’il a fallu résoudre au mieux pour le millier de régatiers répartis sur les deux ronds, en rade nord sur des parcours banane, comme en rade sud sur un joli côtier.

Au nord, doucement sur les bananes

Quand on perd la pression du vent, c’est celle des tacticiens qui monte. Le jeu devient technique, et toutes les phases de la régate sont essentielles. On perd vite ce que l’on a mis longtemps à tenter de gagner. Il faut de l’air, du souffle et de la concentration, et ce jusqu’au bout de la journée quand le comité – très inspiré – arrive à lancer trois manches. A ce petit jeu de nerfs, les leaders ont eu des fortunes diverses. Coups de chapeau d’abord aux premiers du jour, qui signent tous leur seule victoire de manche depuis le début de la compétition : pour commencer le Swan 42 Tixwave (celui de Bernard Vananty) dans la première manche, le J111 SL Energies-Groupe/Fastwave dans la seconde, et enfin l’un des très impressionnants GP42 Genapi. Bonne opération pour le XP 44 Alizee qui prend la tête au général provisoire avec une belle régularité, talonné par Glen Ellen V, nettement moins à l’aise dans ces conditions légères et devant l’autre GP42 Team Vision Future qui monte ce soir sur la troisième marche du général provisoire. Journée à oublier en revanche pour Lady First, qui perd temporairement 4 places envolées dans le vent évanescent de ce dimanche.

Contrairement au vent, la température est montée de trois crans ce soir en IRC 3 où 5 bateaux se tiennent en 7 points, avec Tahina et Tchin Tchin à égalité en tête au provisoire, et à trois petits points de Jin Tonic Sequel. Les honneurs des manches du jour sont revenus au First 40.7 Sloughi, alors que le Farr 30 LOL réussissait le doublé dans les deux dernières manches. La redistribution des cartes a joué à plein, et la dernière journée s’annonce capitale.

Au sud, le tour du Frioul… sans chambre à air

Un parcours de 15 milles nautiques en forme d’œuf de Pâques autour des Îles du Frioul, tel était le menu proposé aux régatiers de la rade sud. Bien en a pris au comité de la zone, face à l’essoufflement du vent d’est en milieu d’après midi. Fort d’une solide avance, les leaders en classe 4 ont réussi ce dimanche soir à conserver leurs privilèges, mais se retrouvent sans joker à la veille de la dernière journée. En effet, le côtier d’aujourd’hui – remporté par les britanniques du MGHS 30 Check Mate – n’a pas souri aux cadors de la classe. Le Dufour 34 Meltem-Residhome, auteur d’un départ prématuré, a perdu la première place au profit de son dauphin le Sun Fast 32 Telemaque, et est ce soir talonné à un point par l’A31 Solenn, arrivés respectivement 11ème et 10ème. En Sport Boat, le (co)côtier de Pâques a encore une fois souri au talent de Stéphane Sollari, sociétaire de la Nautique, à la barre de Pago. Trois manches, et trois victoires. Même si les conditions de vent soutenu d’hier ne lui ont pas permis de sortir à la barre de son Soling – une précaution qu’on ne peut que saluer – et qu’il a donc, de fait, renoncé à toutes chances de figurer au général, on n’oubliera pas de souligner ses performances aussi bien dans la brise de vendredi que dans le petit temps d’aujourd’hui. En tête du général, le Grand Surprise Team Winds a suffisamment survolé de la tête et des épaules les manches de brise pour oublier sa 9ème place d’aujourd’hui. En revanche, la messe n’est pas dite pour la deuxième place entre le J70 Triskell Fatch et le J80 JMV4. C’est dire que demain, en rade sud, ne sera pas qu’un déjeuner entre amis.

Tous les résultats du jour, classements des manches et général sur le site de la Nautique

ILS ONT DIT :

Coraline Jonet, barreuse Glen Ellen V :  »J’ai retrouvé la barre hier après avoir zappé la grande course car j’étais deux jours en entrainement en Suisse sur les D35 (circuit de trimaran) pour préparer le début de saison. L’équipage a fait un super boulot puisqu’ils ont gagné la grande course, donc ils m’ont mis un petit peu la pression finalement pour démarrer ! La SNIM c’est une super régate, et on a de bonnes conditions pour les 4 jours, donc c’est vraiment une très bonne nouvelle. Glen Ellen c’est toute une histoire cette année, c’est une belle histoire de famille puisqu’on est carrément trois bateaux. Il y a le A27, le A40 et le nouveau, le Soto . Au niveau du A40 c’est l’équipage, on va dire le plus stable, même si on a du recruter un peu parce que le Soto nous a pris quelques équipiers et du coup on a réussi à faire péniblement un entrainement en challenge d’hiver histoire de voir les nouveaux équipiers. Mais l’ambiance est tellement bonne, on est tous là vraiment pour s’aider et finalement ça se passe vraiment très bien à bord malgré le fait qu’on a la moitié des équipiers qui sont nouveaux. »

Arnaud Boissières, équipier Glenino :  »On n’est pas très bien au général bien sûr, mais on s’est régalé. C’est la première fois que je naviguais sur le bateau, et avec la quille relevable, on n’a pas un très bon rating, mais s’en es bien sortis. Quand il y a du vent, c’est bien parce que dès que ça commence à être chaud, il y a tout de suite une petite solidarité à bord, il y en a un qui retient l’autre, les manœuvres on essaye de les faire beaucoup plus réfléchies pour qu’à la bouée d’après on sorte propre. On n’a pas fait de figure de style et on ne s’est pas fait mal ! Il y a vraiment une super ambiance à la SNIM : il y a des gros bateaux, des petits bateaux, il y a des amateurs, des pro, du soleil et de la bonne humeur. C’est génial pendant que d’autres ont froid en Bretagne“.

Loïc Fournier-Foch, skipper Grand Surprise, responsable Team Winds Med : “Le principe de la flotte des Grand Surprise Team Winds est de mettre à disposition des bateaux monotypes prêts à régater. Cette formule est particulièrement adaptée pour les équipages d’entreprises ou de comités d’entreprise – comme ici Thalès ou Airbus Hélicoptère – mais il y a aussi un bateau affrété par les étudiants de l’Hydro, l’École de la Marine Marchande de Marseille. Par ailleurs, nous développons une nouvelle formule en partenariat avec la Fédération, à destination des gens qui n’ont pas de bateaux, pas de réseau, et qui peuvent s’inscrire individuellement pour participer à la régate de leur rêve. Que cela soit des épreuves conviviales comme le Tour de Belle Ile ou le Tour de l’Ile de ré, ou à des épreuves de haute tenue sportive comme la SNIM.“

ILS SONT A LA SNIM

Les médecins urgentistes du SMMUM aux avant postes

Habitués des locaux de la Nautique – et de son célèbre pavillon flottant classé à l’inventaire des monuments historiques – où ils se réunissent plusieurs fois par an, la Société Médicale Méditerranéenne d’Urgence Maritime s’investit sur la SNIM. Le principe : une délégation de médecins urgentistes spécialisés effectue une permanence pendant les épreuves dans le but d’assurer une prise en charge de pathologies traumatiques ou médicales sur place, avant une orientation vers les structures les plus adaptées pour les patients. Effort notoire quand on sait que la plupart des sociétaires sont eux même des pratiquants, qui doivent renoncer à aller suivre les régates sur l’eau pour assurer la permanence.

Voici le passage en direct de Lionel Péan, parrain de la SNIM, sur le JT de France 3 Provence Alpes.
Passage de 7’10 à 10′.

SNIMNIOUSES N°0Avec le Snimniouses, vivez au quotidien les coulisses de la SNIM !
Infos, anecdotes et bruits de pontons…

N’hésitez pas à contacter Alice !
Téléchargez le N°3 en cliquant sur l’image ci-contre.

PARTAGER

SNIM 2014 : un excellent millésime !

Communiqué de presse N°1
Communiqué de presse N°2
Communiqué de presse N°3
Communiqué de presse N°4
Communiqué de presse N°5
Communiqué de presse N°6

Communiqué de presse N°7

49e SNIM : un excellent millésime !


La boucle est bouclée, le rideau tombe avec panache ce lundi soir sur les visages bronzés des acteurs comme des spectateurs de cette 49ème SNIM. Avec 9 manches validées en rade nord grâce à la grande course – un record depuis au moins une demi-douzaine d’éditions – les IRC 1, 2 et 3 ont pu retirer une deuxième manche et faire émerger des vainqueurs encore plus méritants. Les 8 manches de la rade sud ont tout autant enthousiasmé les IRC 4 et les Sport Boat. Une édition 2014 qui s’est déclinée avec toutes les couleurs du temps, et toutes les forces du vent dans le registre du navigable, et dont le suspens a duré jusqu’à la dernière minute sur l’eau. Il est temps d’honorer les vainqueurs avant de songer, dès que possible, à la 50ème édition en 2015.

Carton plein en rade nord

Final en beauté pour la rade nord : en bouclant une banane plus un côtier en rade nord en ce lundi, les IRC 1, 2 et 3 ont atteint 9 manches – la grande course comptant pour deux – ouvrant une nouvelle donne au classement général, avec la possibilité d’enlever une deuxième manche. Mais il était écrit que rien ni personne ne pourrait entraver la marche victorieuse de Laurent Camprubi, sociétaire de la Nautique, à la barre de son XP 44 Alizee vainqueur en IRC 1 et 2.  »D’abord il y a eu la grande course – super parcours magnifique avec des bonnes conditions – avec un finish plutôt favorable pour ceux qui étaient derrière, donc on fini 6ème. Mais bon, nos concurrents directs n’étaient pas devant, à part Glen Ellen V qui a gagné. Le lendemain, manche de brise dans le Mistral, et là, on voit vraiment le niveau de l’équipage et du bateau qui a été très fiable. Puis hier, petit temps, très sympa, avec mer plate. C’était très fin, on joue on va chercher les risées, les bascules. Enfin aujourd’hui, bien que nous ayons fait deux fois deuxième, ça a été très dur pour nous, ça peut paraître bizarre, mais le bateau c’est vraiment le  »range » qu’il n’aime pas, moins de dix nœuds, du clapot le bateau est un peu lourd, pas trop de sensation on s’est vraiment arraché pour y aller. » Derrière le grand vainqueur, les sourires sont également de mises pour deux autres sociétaires de la SNM qui complètent le podium, le A40 Glen Ellen V, barré par Coraline Jonet avec notamment Dimitri Deruelle à la tactique et Nadège Douroux – tombeur de la grande course et d’une manche de Mistral, et le Farr 46 Magic Twelve (ex Bella Dona) qui finit en beauté avec des places de 2 et de 1 aujourd’hui.

Même son de cloche, même bonheur de naviguer et même enthousiasme en IRC 3. C’est finalement le A35 de la Napoule Tchin Tchin, à Jean-Claude Bertrand qui l’emporte sur le fil.  »On a gagné la grande course, ça nous a vraiment donné beaucoup d’enthousiasme pour la suite. On a eu de la réussite, mais j’ai une théorie : pour gagner, il faut être à 120%. 99% de préparation et 21% de réussite. Je crois qu’on peut dire qu’on s’est appliqué tout le temps, parce que le niveau est très élevé dans la classe. Notre équipage super motivé, je voudrais vraiment les remercier. Dans la brise, on avait un équipier absent, mais l’équipage est très soudé et à mis tout ce qu’il fallait pour pallier ce gros handicap, même si on a un peu grillé notre joker. On a bien fini parce qu’on était très concentrés dans le médium : mer plate, cap, vitesse, pas de faute, un peu de tension… » C’est Week-end Milionaire, le Farr 36 d’Yves Ginoux, qui fait une belle perf aujourd’hui en se hissant sur la seconde manche du podium, devant Pierre-Alain Tocci à la barre de son First 35 Tahina, le responsable du Pôle Course de la Nautique, en tête hier soir, qui – le couteau entre les dents – termine finalement troisième.

Rade sud : des racines et des ailes

Ils ont littéralement survolé les débats en IRC 4, et, malgré une toute dernière banane à oublier aujourd’hui, c’est avec les honneurs que le Sun Fast 32 Telemaque gagne la SNIM 2014 dans la classe la plus représentée.  »La Snim C’est super ! Tout le monde est là et il y a des beaux bateaux, un plan d’eau qu’on adore et une organisation sans faille. On est là que pour prendre du plaisir, et on en prend ! » explique Eric Merlier du YC des Embiez, qui en est le skipper  »C’est ma première SNIM car avant, je n’avais pas le bateau adéquat. Avec Didier Quennepoix, le président de mon club, nous sommes aussi sur le circuit duo dont nous ferons toutes les épreuves jusqu’à la duo max et le tour de Corse » Derrière, c’est le X34 de Palavas Almogaver, en embuscade, qui attrape au vol la deuxième place en claquant la dernière manche, devant le A 31 Solenn – qui confirme son indéboulonnable troisième place.

 »Vraiment sympa cette SNIM » résume un équipier de Team Winds, vainqueur en Sport Boat  »Des conditions franchement différentes, une journée de Mistral super sympa – parce que nous les Bretons, d’habitude quand il y a du vent c’est ciel gris plombé – et là, c’est ciel bleu, alors on aime bien ça ! Le parcours côtier hier était très sympa, même si la tactique en rade sud n’est pas évidente parce qu’il y a des systèmes qui entrent un peu en conflit. Il faut mouiller le maillot pour s’en sortir, c’est pas mal. Et après, c’est vraiment sympa cette SNIM, très convivial, c’est Marseille quoi !’

ILS ONT DIT

Raymond Lamberti, Président de la Société Nautique de Marseille : Un excellent millésime !

 »Cette 49e SNIM est une réussite à tout point de vue. Un excellent millésime de par la qualité des participants, avec de belles unités en IRC 1 et également un beau plateau en IRC 2, 3 et 4. Un excellent millésime également, car pour la première fois depuis quelques années, nous avons couru tous les jours, disputé jusqu’à 9 manches et nous avons également couru la grande course dès le premier jour, avec un temps exceptionnel. Nous avons régaté avec tous les temps, de 5 à 35 nœuds de vent. Nous avons démontré que notre organisation, à la fois à terre et en mer, est de grande qualité. La SNIM, c’est cent bénévoles pour cent bateaux présents ! Ça démontre la bonne santé de La Nautique et son savoir-faire en terme d’organisation de régate de niveau international. Sous la baguette magique de Chantal Begnini et de Philippe Peytou, nous disposons d’une équipe extrêmement performante pour le plaisir des concurrents. Des remerciements à nos partenaires institutionnels et aussi la Banque Populaire Provençale Corse et à Musto, soutiens indispensables au bon déroulement de la régate. La 49e SNIM s’achève, vive la 50e édition ! Nous allons essayer d’organiser quelque chose d’exceptionnel. S’il est un peu tôt pour annoncer précisément nos ambitions, il n’est pas impossible que nous fassions revivre la mémoire de la SNIM. »

Georges Korhel, Comité de Course rond nord, 9 manches :  »Je crois qu’on a eu des conditions de vent idéales, on a pu courir tous les jours : du vent fort, du clapot, hier trois belles courses, pas de mer et tout petit temps, et aujourd’hui le rêve. C’est la deuxième fois que je suis comité à la SNIM. Bien sûr que je suis partant pour revenir. Tout le monde est content, et je me suis bien amusé »

Guy Guermond, Comité de Course rond sud, 8 manches :  »Ca c’est bien passé, on a eu 4 jours de régate et on a validé 8 manches, sur les 4 jours dans des conditions différentes, un peu musclées les deux premiers jours, un peu plus souples les deux autres, mais on est bien content du résultat. C’est ma première SNIM, je découvre le plan d’eau de Marseille que je trouve assez technique et plaisant à la fois. Je suis de Toulon. Revenir ? Volontiers ! »

Richard Sautieux, tacticien sur Alizee (au sujet du changement de classe du bateau d’IRC 1 à IRC 2) :  »C’est l’UNCL qui a changé la répartition de classe. Ils ont décidé de mettre des gros bateaux en IRC 1, plus gros que nous et plus sportifs, et du coup les rating de la classe 2 ont été remontés. Il a changé de classe mécaniquement par un nouveau découpage de classe. Ça ne change pas grand chose.

Si ça change pour Team Vision Futur qui est en classe 1, pour nous ça ne change rien tant qu’il est derrière par conception, par contre si il est devant nous, on perd des points au classement donc c’est pas un avantage d’être classés ensemble. Dans la grande course, on n’a fait que 6 parce que pour ce type de course, on a choisi que des spis assymétriques pour avantager un peu le rating, c’est très avantageux parfois, mais c’est un peu pénalisant d’autres fois, et il se trouve que pendant la grande course il y a eu un immense bord de vent arrière, ce qui fait qu’avec les asymétriques on rallonge la route. Le bateau c’est un bon bateau partout, sans être excellent nul part très régulier. La base est toujours la même, on a pris quelques jeunes en plus. Cette SNIM comme toutes les autres SNIM, c’est une course merveilleuse, on s’amuse bien et voilà !…

Le pôle course de La Nautique s’étoffe

 »Nous sommes très heureux d’avoir cette dynamique de compétition à La Nautique, qui offre une dimension supplémentaire aux compétiteurs. Le pôle course donne de l’énergie, forme des équipiers et des marins qui seront nos champions d’ici cinq à dix ans. C’est un véritable vecteur d’attraction du club. » Pierre-Alain Tocci, responsable du Pôle Course, depuis qu’il l’a mis sur pied avec Philippe Peytou, constate le chemin parcouru. »Le pôle est né en 2010 de cette volonté de développer l’esprit régate qui caractérise La Nautique depuis plus de 127 ans. Se recentrer sur les régatiers, leur permettre d’évoluer, de progresser, leur offrir les conditions nécessaires à leur épanouissement sportif.  »La Nautique est le seul club en Méditerranée à proposer un service aussi complet à ses compétiteurs. Tableau noir avec des professionnels (météo, règles de course, réglage des voiles), entraînements sur l’eau, aides financières pour les déplacements… Le pôle course se développe, s’étoffe, et surtout, répond à une demande », précise le skipper de Tahina.  »Il est destiné à prendre une place importante au sein du club. » Le chiffre de 37 bateaux de La Nautique ayant participé au moins une fois à une animation en 2013, confirme le propos.  »En 2014, nous avons ouvert les entraînements aux doubles, » précise-t-il, en se projetant  »A terme, je souhaite organiser un entraînement par semaine. » Un esprit de régate qui a permis à la SNM d’être meilleur club français IRC, à trois reprises, série en cours.

SNIMNIOUSES N°4Avec le Snimniouses, vivez au quotidien les coulisses de la SNIM !
Infos, anecdotes et bruits de pontons…

N’hésitez pas à contacter Alice !
Téléchargez le N°4 en cliquant sur l’image ci-contre.

 

PARTAGER

SNIM 2014 – jour 2

Ça balance pas mal à la SNIM !

La première demi-journée et la grande course n’étaient qu’une mise en jambe. Après avoir mis à profit un joli courant d’ouest vendredi après-midi pour envoyer un grand côtier pour les IRC 1,2 et 3, et enchainer les bananes pour les IRC 4 et les Sport Boat en rade sud, la journée de samedi s’est ouverte avec une jolie brise aux couleurs du Mistral : un mètre de clapot, 20-25 nœuds de nord ouest et un grand ciel bleu ont servi de terrain de jeu aux quelques 100 bateaux en délire de la 49 ème SNIM. Figures libres et imposées à tous les étages, pour le plus grand bonheur des régatiers.

Et vous, la nuit, c’était comment ?

 »Extraordinaire »,  »une journée parfaite »,  »des conditions merveilleuses »  »on a fini avec la tombée du jour le coucher de soleil sur les iles et les calanques, le bec de l’aigle c’était absolument magnifique ». Sans surprise, c’est SFS, le grand cigare en carbone noir de Lionel Péan et ses hommes qui ont eu les honneurs de la ligne. Arrivé à 20h43, le commando a bouclé les 53 milles, avec un passage par l’ile verte à la Ciotat, en moins de 6 heures, même si le rating de cet engin de guerre a laissé place au classement à deux des plus véloces sociétaires de la Nautique, le très célèbre A40 Glen Ellen V, devant le Grand Soleil Lady First, dans les mains de Jean-Paul Mouren, et le First 45 Vertigo à bord duquel tactique un certain Thierry Fouchier. En Irc 3, qui avait un parcours limité à l’est par la bouée de Cassidaigne, le bonheur d’être en mer est tout aussi présent. La grande course est finalement revenue en compensé à l’A35 Tchin Tchin devant le First 35 Tahina en sandwich entre un autre A35 Jin Tonic Sequel efficacement placé sur le plan d’eau par Alain Fédensieu. Le dernier concurrent des deux flottes a franchi la ligne d’arrivée à 1h ce samedi matin.

Samedi, c’est la folie !

Un régatier heureux est un régatier qui navigue. A parier qu’il n’y avait guère de malheureux samedi soir sur les pontons de la Société Nautique de Marseille ! Pas de répit pour les grandes unités qui – comme les plus petites – ont retrouvé le chemin du plan d’eau ce matin avec un décor en technicolor. Fi de la baisse de régime annoncée en milieu de journée – qui n’est jamais arrivée – et on enchaîne les bananes, ces fameux aller-retour dans le lit du vent, extrêmement techniques puisqu’ils nécessitent à la fois de nombreuses manœuvres et beaucoup de maitrise de la tactique de la régate en flotte. En rade nord, Georges Khorel a envoyé deux boucles d’une dizaine de milles chacune à 12h42 et à 14h15 avec un Mistral tonic établi aux alentours de 20-25 nœuds. De son côté, le président du comité des rouges Guy Guermond a régalé les IRC4 et les Sport Boat en enchainant deux manches de belles tenues.

En IRC1 et 2, la première manche est revenue aux XP44 Alizee, devant le Grand Soleil 50 Lady First (également second de la grande course) et le GP 42 Team Vision Future. En IRC 3 cette même manche a été remportée par l’A35 Joia, devant son confrère Jin Tonic Sequel et le Farr 36 Week-end Millionaire.

En rade sud, c’est Sun Fast 32 Télémaque gagne la première devant le Dufour 34 Meltem-Residhome et l’A31 Solenn.

Tous les résultats du jour, classements des manches et général sur le site de la Nautique

ILS ONT DIT

Thierry Fouchier, tacticien sur Vertigo (IRC1/2) :  »J’ai vraiment apprécié le parcours de la grande course, deux espèces de bananes en rade nord, avec le château d’If comme bouée sous le vent et puis un long portant jusqu’à l’ile verte, c’était tactique. Ensuite, c’était sympa parce que ce n’était pas  »tout droit » donc il a fallu jouer un peu et la remontée au près dans les calanques est toujours aussi magique avec le soleil qui se couche. La nuit, il se passe des choses, des bouffes qui arrivent dans tous les sens. Oui j’ai passé 8 heures sur l’eau parfaites. »

Lionel Péan, Skipper SFS (IRC1/2) : “Aujourd’hui, on a eu une magnifique journée de mistral en rade de Marseille, des rafales, des bascules. On a fait deux belles bananes et on aurait bien fait un côtier pour terminer la journée. On a même failli en faire un pour le plaisir, tellement les conditions étaient magnifiques. On était dans des forces de vent où on se sert que des voiles sur enrouleur à l’avant. On enroule, on déroule, c’est plus simple pour l’équipage. Concernant le bateau, nous sommes encore loin, sur l’eau de l’optimisation du fonctionnement du bateau. On est loin de ce que l’on pourrait faire avec ce bateau. Ce qu’on a appris en deux jours ? Que c’est dur pour l’équipage, c’est très physique. C’est dur pour l’équipe à l’avant, dur pour l’équipe dans le cockpit. Les manœuvres sont difficiles, il faut se coordonner, on a encore beaucoup de travail à faire. Globalement, entre le côtier, hier, avec un couché de soleil magique et les deux bananes dans la rade nord, on se régale !“

RÉGATE EN VUE

L’opération à destination du grand public orchestrée par l’Office de la Mer en partenariat avec la Société Nautique de Marseille a une nouvelle fois rencontré un succès total, affichant complet pour toutes les rotations, mais aussi au vu retours des 225 personnes présentes, malgré les conditions météo assez sportives  »Les personnes qui ont embarqué ont été ravies de participer à cette SNIM et d’avoir l’occasion de comprendre comment fonctionnait cette régate. » explique Martial Caspar, le directeur de l’Office  »Au-delà des Marseillais qui sont venus en nombre, nous avons également embarqués des Russes des Espagnol et de Belges. Nous sommes vraiment très heureux du partenariat entretenu avec les clubs, et notamment la Nautique, qui permet une ouverture des grandes compétitions de voile au public. » Prochain rendez-vous Régate en Vue, le 7 juin pour l’Humanitarian Sail Cup.

SNIMNIOUSES N°0Avec le Snimniouses, vivez au quotidien les coulisses de la SNIM !
Infos, anecdotes et bruits de pontons…

N’hésitez pas à contacter Alice !
Téléchargez le N°2 en cliquant sur l’image ci-contre.

 

PARTAGER

SNIM 2014 – jour 1

Gonflés à bloc !
Le vent était de la partie aujourd’hui en rade de Marseille, et les départs des premières régates de la 49ème SNIM ont été donnés comme prévu, ce vendredi, à 15h précises avec un joli courant d’ouest oscillant entre 15 et  25 nœuds. Au programme, comme on le pressentait depuis la veille, une grande course pour les IRC 1, 2 et 3, et une première rasade de parcours banane pour les IRC 4 et les Sport Boat en rade Sud.

Grande course pour les grosses unités

Les accros de la SNIM sont là pour ça : naviguer dans une jolie brise et profiter à fond de l’énorme potentiel de la rade de Marseille et de ses environs. Ce premier jour de course les a servi ! Partis à trois heures, la flotte des IRC 1 et 2 a résolument attaqué un parcours 53 milles constitué d’un gymkhana en rade plus une percée le long des calanques jusqu’à virer l’Ile Verte, en face de la Ciotat, avec une arrivée en rade. Si SFS a fait la course en tête et était attendu le long des quais de la Société Nautique de Marseille avant la tombée de la nuit, il lui fallait tout de même tenter la perf pour sauver son handicap.  »Si le parcours n’est pas trop compliqué, c’est quelque chose d’envisageable » analysait Péan après le briefing du matin  »ce sont des distances où l’on peut commencer à être établi un petit moment, et à ne pas trop manœuvrer, parce qu’on a regardé que sur des parcours type banane de 1,5 milles ou 2 milles, on fait le parcours en 35 mn et on a plus ou moins 27 minutes de manœuvres si il y a deux tours, donc ce n’est pas évident … » Malgré un filet dans la quille en passant derrière le château d’If – rapidement dégagé – et un fond de houle de sud ouest contrariée par le passage du vent au nord, le grand monocoque noir devait s’assurer les honneurs de la ligne d’arrivée. Derrière lui, les deux GP42 Team Vision Future et Génapi ont ferraillé dur, devançant en première partie de course le Soto 40 Glen Ellen XXII et le Farr 46 Magic Twelve.

En IRC 3, sur un parcours de 46 nautiques, le A35 Jin Tonic Sequel, barré par Alain Fédensieu, le First 35 Tahina à Pierre-Alain Tocci et le Farr 36 Week-End Millionaire d’Yves Ginoux espéraient bien remettre à plat leur podium de la Massilia. Même si les arrivées devraient s’échelonner jusqu’à minuit environ, il faudra attendre demain pour connaître les vainqueurs en temps compensé de cette manche majeur puisqu’elle est dotée d’un double coefficient. A noter l’abandon prématuré de l’A 35, Arès sur déchirure de Spi. Une avarie que Frédéric Adjadj espère avoir pu réparer d’ici demain matin. 

Rade Sud : à donf !

Deux bananes bouclées en deux heures de courses pour les IRC 4 et les Sport Boat scellent de la plus belle manière ce premier après-midi de régates en rade Sud. Après un premier rappel général à 15h avec un vent de 12-13 nœuds, le premier parcours – deux tours d’une banane de 1,2 milles de près – a été validé pour tous les bateaux, à part le JOD 35 Geronimo qui a abandonné durant la manche (drisse de génois bloquée), et était non partant pour la manche 2. Le reste de la flotte a pu enchainer avec un vent monté aux alentours de 22 nœuds à 17h, avec cette fois-ci la distance du bord de près augmentée à 1,5 milles pour profiter du renforcement du flux. En IRC4, la première manche est revenue au Dufour 34 Meltem-Residhome, devant l’A 31 Solenn et le Sun Fast 32 Tellemaque, alors que les Sport Boat ont vu la victoire de du Soling Pago, devant le Grand Surprise Med Tour et le surprise PabloTous les résultats (notamment le général après deux manches) sont disponibles sur le site lanautique.com. 

Ils sont à la SNIM

Arnaud Boissières (Vendée Globe -à bord de Glenino), Dimitri Deruelle (Match Race – à bord de Glen Ellen V), Nadège Douroux (Voile Olympique – à bord de Glen Ellen V) Alain Fédensieu (divers titres habitables France et Europe, Match Race – à bord Jin Tonic Sequel), Thierry Fouchier (America’s Cup – à bord de Vertigo), Jean-Paul Mouren (Figaro – à bord de Lady First), Lionel Péan (Figaro Whitbread – à bord de SFS)

Parole de comité

Georges Korhel, président du comité de course rade nord  »On va appliquer la règle 55 qui existe depuis 2013 : l’idée, c’est qu’il ne faut rien jeter en mer dans un but de protection, ce qui veut notamment dire la fin des brins de laine, bouts de ficelles ou des élastiques pour ferler les spis. Les pénalités sont bien entendu laissées à l’appréciation du jury, mais à mon avis, ça pourra aller d’un simple avertissement à une disqualification.

Régate en vue, c’est demain !

Pour promouvoir la voile auprès du plus grand nombre, la Société Nautique s’associe à l’opération Régate en vue mise en place sur la SNIM en partenariat avec l’Office de la Mer. Une navette qui transporte le public au plus près des régates  effectuera des rotations demain samedi 19 pour permettre aux Marseillais de suivre les courses de l’intérieur et bénéficier des commentaires de spécialistes qui expliqueront les bases et les subtilités de ce sport. C’est à destination de tout public et c’est gratuit ! Il suffit juste de s’inscrire sur le site de l’office de la mer. (officedelamer.com)

SNIMNIOUSES N°1Avec le Snimniouses, vivez au quotidien les coulisses de la SNIM !
Infos, anecdotes et bruits de pontons…

N’hésitez pas à contacter Alice !
Téléchargez le N°1 en cliquant sur l’image ci-contre.

 

PARTAGER

SNIM 2014 : Grande course ou pas ?

Grande course ou pas ?

Ainsi frémissent les quais de la Société Nautique de Marseille en cette veille de lever de rideau.
Car ce qui est sûr, c’est que la journée de demain, c’est la belle journée, celle dont tous les régatiers du monde rêvent en s’endormant le soir : vent de secteur nord-ouest, 18-22 nœuds fichier, rafales à 30, grand ciel bleu, mer plate.

Alors si le Comité de Course rond jaune, présidé par le tropézien Georges Korhel, se donne la nuit pour affiner sa décision en fonction des fichiers du matin, il y aura – de toutes façons – de la belle régate demain en rade nord comme en rade sud pour la grosse centaine de bateaux de la 49e SNIM.

Au briefing de 10h30, on saura si grande course il y a, dès 15h !

SNIMNIOUSES N°0Avec le Snimniouses, vivez au quotidien les coulisses de la SNIM !
Infos, anecdotes et bruits de pontons…

N’hésitez pas à contacter Alice !
Téléchargez le N°0 en cliquant sur l’image ci-contre.

 

PARTAGER

SNIM 2014

SNIM 2014

Cette année encore, la Société Nautique de Marseille a décidé de se plier en quatre pour permettre de régater dans les meilleures conditions possibles au sein des deux rades sud et nord du vendredi 18 avril au lundi 21 avril 2014.

L’armada IRC est attendue en nombre et en qualité, avec le retour des étrangers, des gros bateaux et avec la présence de Lionel Péan, parrain de la 49e édition. Le skipper disputera à Marseille sa première régate in-shore à bord de SFS, un VOR 70 sur plan Farr concurrent de la dernière Volvo Ocean Race. L’ancien vainqueur de la Whitbread et de la Solitaire du Figaro sera “l’homme à battre“ en IRC1.

Une flotte de Grand Surprise d’une douzaine d’unités est attendue pour cette 49e édition. Comme l’an passé, les équipages viendront batailler durant quatre jours, et ça se passera du côté de la rade sud.

La météo permettra-t-elle le déroulement de la très attendue Grande Course ?
La 49e Semaine Nautique Internationale de Méditerranée rendra son verdict lors du traditionnel week-end de Pâques.

 

BPPC

La Banque Populaire Provençale Corse s’engage avec la SNIM !
« Nourrie de la dynamique nationale, c’est tout naturellement que la Banque Populaire Provençale et Corse s’est engagée aux côtés de la Société Nautique de Marseille depuis 2 ans.
Plus qu’un symbole, cet ancrage dans le Vieux Port de Marseille, auprès de l’un des plus anciens Clubs nautiques de France incarne les valeurs de proximité et de persévérance chères à notre Banque. » Marie-Dominique Champloy – Banque Populaire Provençale et Corse.
Communiqué de presse à télécharger.

Offre spéciale SNIM Voiles et Voiliers

A l’occasion de la SNIM 2014, bénéficiez de l’offre réservée aux participants : 39,80 € au lieu de 79,60 € pour 1 an d’abonnement, soit 12 numéros avec accès illimité sur le site voilesetvoiliers.com et lecture numérique des numéros sur tablettes et smartphones.

 

USHIP

Le magasin USHIP AC Yachting sera ouvert :
– de 8h à 20h jeudi 17, vendredi 18, samedi 19, dimanche 20 avril
– de 8h à 11h lundi 21 avril

 

BMS

Réparations voiles toutes marques, sera à disposition tous les soirs pour toutes réparations pendant la SNIM
26 quai Rive Neuve – tél. 06 24 43 53 75

 

Pour promouvoir la voile auprès du plus grand nombre, la SNM s’associe à l’opération Régate en vue mise en place sur la SNIM en partenariat avec l’Office de la Mer. Une navette qui transporte le public au plus près des régates effectuera des rotations le samedi 19 avril pour permettre aux Marseillais de suivre les courses de l’intérieur et bénéficier des commentaires de spécialistes qui expliqueront les bases et les subtilités de ce sport.
C’est à destination de tout public et c’est gratuit ! Il suffit juste de s’inscrire sur le site de l’office de la mer. (Tél : 04 91 90 93 93)

PARTAGER

Programme / Schedule

En fonction de la météo, le programme de vendredi, samedi et dimanche peut être modifié. Depending on weather, the programm could be changed.

Jeudi 17 Avril
08h00 à 21h00 Confirmation des inscriptions à la SNM

Thursday 17th April
08:00 am to 09:00 pm Registration at SNM

Vendredi 18 Avril
10h30 Briefing
15h00 Mise à disposition en mer/une ou plusieurs courses
Grande Course
19h00 Apéritif sur le quai

Friday 18 April
10:30 am Briefing
03:00 pm First warning signal for one or more races

Long race
07:00 pm Aperitif on the quay

Samedi 19 Avril
08h00 Petit déjeuner traditionnel sur le quai
09h30 Briefing
11h00 Mise à disposition en mer/une ou plusieurs courses
19h00 Pasta party et musique sur le quai

Saturday 19th April
08:00 am Traditional breakfast on the quay
09:30 am Briefing
11:00 am First warning signal for one or more races

07:00 pm Pasta party & music on the quay

Dimanche 20 Avril
08h00 Petit déjeuner traditionnel sur le quai
09h30 Briefing
11h00 Mise à disposition en mer/une ou plusieurs courses
20h00 Soirée des Équipages aïoli sur le quai

Sunday 20th April
08:00 am Traditional breakfast on the quay
09:30 am Briefing
11:00 am First warning signal for one or more races
08:00 pm Crew Party on the quay

Lundi 21 Avril
08h00 Petit déjeuner traditionnel sur le quai
09h30 Briefing
11h00 Mise à disposition en mer/une ou plusieurs courses
19h00 Proclamation des résultats – Remise des Coupes

Monday 21th April
08:00 am Traditional breakfast on the quay
09:30 am Briefing
11:00 am First warning signal for one or more races

07:00 pm Final results – Prize giving

Tous les jours, au retour des courses, bière sur le quai.
Tous les soirs après l’apéritif, l’Espace Nautique est ouvert : bar des équipiers.
Every afternoon, after the races, free beer on the quay.
Every evening, a bar is open at the Espace Nautique
.

SNIM 2014
NOS PARTENAIRES
https://www.mediterranee.banquepopulaire.fr/
http://www.musto.com/
https://www.uship.fr/
https://www.voileriebms.com/
https://voilesetvoiliers.ouest-france.fr/
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-bleu/?tag=provence
http://www.provence-alpes.france3.fr/
http://www.laprovence.com/
http://www.ricard.com/prehome.php
https://www.uncl.com/
PARTAGER